Chaussette
A+ A- A

logomamediateque

 

Bibliothèque municipale de Biscarrosse

Chaussette

  • Imprimer
  • E-mail
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

9782756075266 1 75

Que peut bien cacher Chaussette, petite dame qui effectue chaque jour la même promenade, au détail près, flanquée de son drôle de chien Dagobert ? Et pourquoi agit-elle aujourd’hui de manière si étrange ? Quelqu’un s’y intéresse-t-il ? Merlin, son jeune voisin, oui.

Chaussette, c’est donc la voisine du petit Merlin, notre jeune narrateur/personnage plein d’humour et d’innocence. Il l’a surnommée ainsi car, bébé, il ne parvenait pas à prononcer son prénom, Josette. Chaussette, c’est une mamie attendrissante, avec sa cuisine qui sent tellement bon qu’elle fait se retourner les yeux dans leurs orbites, ses romans à l’eau de rose aux dénouements abracadabrants et ses habitudes bien ancrées (pas question de louper son émission télévisée du soir… que vous connaissez tous !) Chaussette, c’est simplement une vieille dame veuve qui passe sa vie avec son petit chien rigolo et plein d’entrain. Ce livre est l’histoire poignante d’une amitié entre Chaussette et lui, seul compagnon qu’il lui reste. C’est aussi le récit intrigant d’un mystère : pourquoi agit-elle si bizarrement ce jour-là ? Merlin veut le savoir et le saura ! C’est enfin un texte sur la rencontre inopinée et bienvenue de deux générations.

La vie de notre héroïne nous montre simplement que la routine et les faits immuables ont du bon, au sein d’un monde plutôt centré sur le neuf et le mouvement, qui oublie quelquefois la valeur de l’altruisme ou de prêter l’attention qu’ils méritent à certains détails du quotidien. Anne Montel et Loïc Clément (duo fructueux également auteur de la bande-dessinée Le temps des mitaines, disponible dans votre médiathèque) signent une œuvre dans laquelle ils décrivent, à travers les yeux d’un enfant, avec justesse, humour et poésie la vie qui suit son cours envers et contre tout, malgré le monde qui change, le temps qui file, les gens qui disparaissent...

Pour conclure, comme Chaussette le dit chaque jour aux commerçants du village auxquels elle rend visite : « A la revoyure ! »